Ouvrir le menu
Lien externe vers la carte interactive
Vous êtes ici > Accueil > La ville > Un peu d’histoire

Un peu d’histoire

De Musinens à Bellegarde…

Bellegarde en 1870

Bellegarde en 1870

Bellegarde-sur-Valserine : son histoire

L’essentiel.

Bellegarde sur Valserine est une commune récente. Erigée sous Napoléon III, par décret impérial du 6 décembre 1858, elle n’était auparavant qu’un hameau de la commune de Musinens, hameau qui, situé au confluent du Rhône et de la Valserine, prend une importance croissante grâce au développement des voies de communication le traversant et de sa position de frontière avec la zone franche.

C’est au milieu du XIX ème siècle que l’on construit la gare donnant le coup de pouce indispensable à une importante activité industrielle. De multiples entreprises s’installent dès lors le long du Rhône et de la Valserine dont elles utilisent la force motrice dégagée par leurs eaux tumultueuses.

La télémécanique, qui consistait en un astucieux système de câbles entraînés par d’immenses poulies véhiculant l’énergie procurée par les chutes naturelles des eaux, attire déjà un bon nombre d’industries mangeuses d’énergie telles des filatures, des usines de papier, des scieries.

Puis en 1883, la télémécanique fait place à la toute nouvelle énergie électrique produite grâce à un barrage installé sur la Valserine par l’ingénieur suisse Louis Dumont et qui fera de Bellegarde l’une des premières cités de France à connaître un éclairage public électrique.
La population ne cesse d’augmenter et la ville de s’agrandir jusqu’au lendemain de la seconde guerre mondiale qui voit Bellegarde perdre sa suprématie de « Ville Energie ». En effet, la mise en eau du Barrage de Génissiat en 1948 engloutit une partie du patrimoine du Haut Rhône: d’une part les usines électriques installées de part et d’autre du confluent, d’autre part le site remarquable des Pertes du Rhône qui attiraient des milliers de touristes chaque année privant Bellegarde d’atouts économiques indéniables.

Ce qui ne l’empêche pas de progresser puisqu’elle devient la 3ème ville du département en fusionnant en 1966 avec Coupy et en 1970 avec Arlod, deux villages limitrophes. Dans les années 80, l’arrivée du TGV en gare de Bellegarde et l’achèvement de l’autoroute Lyon – Genève – Tunnel du Mont Blanc mettent la ville à portée de Paris, la restructuration industrielle permet de maintenir un taux de chômage inférieur à la moyenne nationale et la réhabilitation du centre ville donne à la ville des couleurs chatoyantes qui ne passent pas inaperçues.

L’hôtel de ville : Plus de 70 ans d’histoire architecturale

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERAAu cœur de l’artère principale de la ville siège le bâtiment qui abrite l’hôtel de ville. Cet édifice de style Art Déco mérite qu’un œil curieux s’y attarde.

Le bâtiment de l’hôtel de ville a été inauguré en 1932. L’adjudication des travaux fut prononcée le 11 avril 1930 au profit des architectes Kohn-Lavergne, Paris, Hauteville ; l’entrepreneur gros-œuvre étant Duhamel Frères de Lompnès.

Cette architecture est typique des années trente : colonnes sur balcon, corniches en équilibre soulignées par une frise à modillons, couronnement de 6 mètres de haut. La porte monumentale est en fer forgé et les façades sont en pierre de taille crépies, les marches et le perron sont en pierre d’Hauteville.

Des inscriptions « Hôtel de ville », « Salles des sociétés » et « justice de paix » sont gravées sur plaques de marbre sur les trois façades visibles de la rue. La mairie a fait l’objet d’un ravalement en 2006. La teinte orange rosée et les embrasements blancs choisis permettent de mettre en relief les détails de l’architecture.

À l’intérieur, les boiseries de la salle des mariages, ancienne salle du conseil municipal, en contreplaqué ronce de noyer recouvrent les murs jusqu’à 2,70 mètres. Huit colonnes, traitées dans le même esprit, décorées de filets d’essences différentes cernent la pièce. Sur la partie supérieure de la porte principale, un motif sculpté en noyer de 1,85m x 1,80m symbolise la force motrice du Rhône et de la Valserine (voir article sur l’histoire de Bellegarde).

Le bâtiment est mis en valeur, une fois la nuit tombée, par un jeu de luminaires discrets mais performants qui soulignent à leur tour l’architecture caractéristique de la bâtisse.

Source : Richesses touristiques et archéologiques du canton de Bellegarde sur Valserine, pré-inventaire, Département de l’Ain.

Imprimer
A+
A-

Rechercher

Vos démarches en ligne

Service public

Newsletter

Contact

MAIRIE DE BELLEGARDE
34 rue de la République BP 618
01206 Bellegarde-sur-Valserine Cedex
Tél. : 04 50 56 60 60
Fax : 04 50 48 35 32
Mail : mairie@bellegarde01.fr